Club Montagne du CNES
Ski de randonnée

Ski de randonnée

Le ski de randonnée ou ski d’alpinisme est une forme de ski alpin plus proche de la nature puisqu’on n’utilise pas de remontées mécaniques, mais au contraire on gravit les montagnes en équipant ses skis de « peaux de phoque » avant de les redescendre dans un style alpin. Selon l’exposition et la saison, la neige pourra être poudreuse (en janvier) ou gelée au nord, transformée ou coûtée au sud, soufflée, soupe en fin de randonnée : il faudra donc s’adapter. Lorsque le ski de randonnée fait appel à des techniques de l’alpinisme, on parle alors de ski de montagne, anciennement ski-alpinisme.

Ce sport amène à évoluer en moyenne ou en haute montagne et nécessite une très bonne connaissance du terrain, de la neige, éventuellement des risques sur glacier, de la météorologie en montagne et des itinéraires pour assurer la sécurité des skieurs. Dans le cadre de la section Montagne de l’ASC du CNES, les sorties sont organisées par des encadrants bénévoles qui n’ont pas un diplôme ou formation spécifique de guide de haute montagne. Même s’ils veulent garantir le maximum de sécurité aux participants des sorties dans une ambiance conviviale, il faut être conscient qu’il ne s’agit pas d’une prestation de professionnel. Il faut aussi savoir que, de toutes manières, personne, qu’il soit guide ou non, ne peut s’affranchir des risques de la haute montagne.

Risques potentiels du ski de randonnée

  • Prise par une avalanche déclenchée par soi-même ou par autrui.
  • Exposition au froid : risque d’engelures, hypothermie, mais à un degré moindre que pour le ski de piste car il s’agit d’une activité plus consommatrice d’énergie (pas d’attente sur les remontées mécaniques).
  • Exposition au soleil : risque de coups de soleil et leurs conséquences en cas de répétition, ophtalmie si absence de lunette de soleil ou indice de protection solaire insuffisant.
  • Chutes et blessures : principalement des entorses du genou, mais aussi des fractures de jambes, d’avant bras et de bras, des traumas crâniens.

Niveau des sorties

Il est indispensable de savoir skier sur tous types de neige pour pratiquer le ski de randonnée. De part expérience, le plus difficile lors de la découverte de l’activité est la montée : il faut être en forme physique et avoir envie de se “dépenser”. Arrivé au sommet, épuisé, outre le risque de se faire mal à la descente, la fatigue ne vous permettra pas de profiter pleinement de celle-ci. De plus, la qualité de la neige n’est pas garantie à la descente et celle-ci peut s’avérer difficile à skier, surtout avec la fatigue.

Cotation du ski pour la montée

  • 700 à 900 mètres de montée représente 2 à 3 heures d’effort (débutants ou aux pratiquants peu entraînés).
  • 1000 à 1300 mètres de dénivelé nécessite déjà un peu de pratique et un bon entraînement.
  • + de 1300 mètres de dénivelé demande une bonne pratique régulière et un excellent entraînement.

Cotation ski pour la descente

La cotation de base se fait avec 4 niveaux pour rendre compte de la difficulté technique. A cela s’ajoute une cotation de l’exposition des passages à skier

Cotation techniqueCotation d’exposition
Ski 1 : C’est le niveau initiation. Pas de pente supérieure à 30° et.les passages, même en forêt sont assez larges. Le dénivelé est inférieur à 800m. L’exposition n’est pas importante.Expo 1: Il n’y a pas de gros obstacles, et l’exposition est celle de la pente elle-même. Ce facteur est identique pour une pente à 25° ou une pente à 55° haute de 300m et se terminant par une cuvette. Mais dans le cas de la pente à 55°, une chute aura probablement les mêmes conséquences (risque mortel important) qu’une chute sur une pente de 30° mais ayant une exposition coté 3.
Ski 2 : Pas de difficultés techniques particulières. Pente à 35° maximum. Mais le dénivelé ou l’exposition peuvent être importants.Expo 2 : La pente présente dans son axe une barre (par exemple) qui provoquera votre “envol” si vous chutez au dessus. Mais à ce niveau d’exposition si l’envol est certain, le risque de choc violent ou de percussion ne l’est pas. Les couloirs en “S” appartiennent aussi à ce niveau d’exposition.
Ski 3 : Début du ski-alpinisme. Il y a des passages techniques et des pentes longues à 35°. Il peut y avoir de courts passages à 40°/45°Expo 3 : Risque certain de sauter une falaise en cas de chute, mais le choc n’est pas certain à 100%. Les couloirs en “S” avec certitude de percussion appartiennent aussi à ce niveau d’exposition. Le risque mortel est assez probable.
Ski 4 : Ski de couloir ou de pente raide : pente à 40° très longue avec de courts passages à 50°.Expo 4 : Parois très haute avec rebond multiple ou zones d’écrasement. La percussion est garantie. Le risque mortel est certain sauf un miracle.
Ski 5 : Pente à partir de 45°/50° et très longue. Sinon à partir de 50° sur des passages significatifs.


 269 total views,  1 views today